A propos de certains termes du commerce

De l’usage des dénominations des sociétés du commerce… et autres termes fréquemment employés.

 ________ 

En complément de son dictionnaire, l’Académie des Sciences Commerciales émet des recommandations quant à l’usage de mots ou expressions dont l’emploi peut prêter à confusion.

-          Commerce : Ce terme recouvre toutes les activités commerciales, c’est-à-dire tous les échanges à titre onéreux.  Toutefois, l’usage courant l’a restreint aux seules activités d’achat pour la revente.  On l’oppose souvent à  « industrie », ce qui est inapproprié car l’industriel, aussi, effectue des actes de commerce (art.1 du Code de Commerce), ainsi d’ailleurs que l’artisan ou l’agriculteur.

Cet  usage n’affecte pas de la même manière l’adjectif  « commercial » qui, lui, a conservé tout son sens (ex : le service commercial d’une entreprise de production qui désigne en fait la vente et la promotion des ventes des produits ou services de cette entreprise).

En ce qui concerne d’autres mots ou expressions, les préconisations de notre Académie sont les suivantes :

-          Distribution : désigne couramment le commerce de détail et de gros.  Il s’agit là d’une déformation car distribuer et vendre sont deux activités proches, certes, mais différentes.

On préférera utiliser : commerce de détail et/ou commerce de gros.

-          Grande distribution : même remarque que ci-dessus.

On préférera, utiliser : grandes entreprises de commerce de détail (ou de gros).

-          Commerce moderne : il est difficile de déterminer exactement où commence la modernité.

On préférera, en fonction du contexte, utiliser un terme plus explicite, par exemple commerce contemporain ou commerce utilisant des méthodes de vente modernes.

-          e-commerce : de création récente, ce terme est appelé à disparaître : il désigne en réalité la vente au détail par internet, mais prête à confusion.

On préfèrera « commerce électronique », ou encore « vente à distance », bien que ce dernier terme recouvre aussi la vente par correspondance ou par téléphone.

-          Grand commerce : terme qui désigne la plupart du temps les grandes entreprises, intégrées ou non, opérant dans le commerce de détail, souvent limité d’ailleurs au commerce alimentaire.

A n’utiliser qu’avec précaution. A partir de quelle taille ?

-          Marge arrière : expression très peu claire.

On préférera une description plus détaillée :

~  ristourne hors facture

~  ristourne de fin d’année

~  …

-          Marge bénéficiaire : la marge, c’est-à-dire la différence entre Prix de Vente et Prix d’Achat (ou le prix de revient), ne permet pas toujours de dégager un bénéfice.

On préférera le mot « marge » seul ou éventuellement « marge brute » ou « marge nette ».

-          Marketing : ce mot est assez souvent utilisé pour désigner la seule vente d’un produit ou d’un service, ce qui nous semble trop restrictif.

On préférera revenir à sa définition originale : « tout ce qui concerne la mise sur le marché d’un produit ou service (une bonne partie ou même la totalité de sa conception, son conditionnement, la publicité, la vente, le SAV,..) ».

Claude Brosselin

Décembre 2011

Les commentaires sont fermés.